Historique

1911

Première réflexion pour la réimplantation du collège des garçons aux Ursulines en état insalubre. La guerre de 14 - 18 viendra marquer un point d’arrêt à la construction.

1945

Discussion sur la création d’un collège-lycée relancée.

1947 > 1951

Choix et achat des terrains sur Pen Ar Stang. Il s’agissait de la dernière emprise disponible dans les limites communales de Lannion, avant la fusion en 1961 avec Brélévenez, Buhulien, Loguivy-lès- Lannion et Servel.

1952

Choix des architectes : Claude Le Coeur travaillera aux côtés de l’architecte de la ville Jean Le Corre.

1954

Le projet est finalisé.

1960

Le Collège-Lycée Félix le Dantec ouvre ses portes rue de Pen ar Stang.

1966

Suite à la réforme de l’enseignement du second degré, la partie « lycée » (seconde à la terminale) est transférée à l’emplacement actuel du lycée « Félix Le Dantec ». La partie Collège reste rue de Pen ar Stang.

1969

Le conseil municipal décide de nommer le collège « Collège Charles Le Goffic » en hommage à l’homme de lettres né et décédé à Lannion le 14 juillet 1863 et le 12 février 1932.

2014

Le projet de réimplantation du collège sera discuté de nombreuses fois, dès le mandat d’Alain Gouriou. Au vu des nombreux travaux à prévoir sur le collége existant, le département envisage son déménagement. Ce sera Ker Huel qui sera choisi, notamment dans le cadre de la requalification du quartier.

 

Le site de l’actuel Collège Charles le Goffic était, avant la seconde guerre mondiale, non bâti et principalement dédié à l’agriculture. Il présentait déjà les caractéristiques qui le qualifient aujourd’hui, une topographie marquée, une situation de belvédère par rapport au centre-ville, un accès au champs par la rue de pen ar Stang, un contexte paysagé et arboré riche, etc.

La commune décide de construire un collègelycée au sortir de la seconde guerre mondiale pour répondre à l’accroissement de la population résultant de l’implantation du CNET. C’est l’architecte Claude Le Coeur (1906-1999) qui est choisi et il conçoit un projet lumineux, ancré dans la pente et mettant en avant les techniques innovantes de poteaux-poutres en béton armé dans une écriture architecturale très moderne. Les bâtiments seront construits à la fin des années 1950.

Un dojo dans les années 1970, un bâtiment SEGPA au début des années 1980 et un nouveau gymnase au début des années 2000 ont été bâtis autour de l’ancien gymnase qui a lui été démoli en 2011 après avoir été endommagé fin 2010 après de fortes chute de neige.

Aujourd'hui

Sur les quais, la possible prise de recul offre le point de vue le plus complet sur le site du collège. Contrairement à l’approche depuis le centre-ville, le site n’apparaît pas ici comme une continuité logique de l’urbanisation, mais comme un ensemble détaché, perché sur la colline. Le contraste entre ville basse et ville haute est très marqué. Ce détachement entre le premier plan des quais et le second plan du collège est renforcé par des ensoleillements de façades différents. Contrairement aux imbrications aléatoires du centre-ville, les constructions du collège se distinguent par leur géométries : deux grandes horizontales et deux verticales.

À l’Est, depuis la vallée du Stanco et les marches de Brélévenez, le site est peu perceptible en raison de la topographie et de la végétation. Seul le pignon du bâtiment D s’élève au dessus des habitations et son architecture moderne contraste avec l’imbrication des toitures en ardoise

Depuis le centre ville, à hauteur de l’Église Saint- Yves, s’ouvre un panorama caractérisé par les horizontales des bâtiments et un écrin de verdure. Le trajet progressif vers le site atténue peu à peu les volumes imposants et offre des vues sur des « portions » de collège semblant s’imbriquer avec l’existant. Les constructions de la rue de Crec’h Tanet s’organisent dans la pente et amorcent la superposition des constructions du collège.

Le Projet

En juin 2020, les élèves du collège Charles Le Goffic vont quitter les bâtiments emblématiques du paysage lannionais dominants le centre ville pour rejoindre un nouvel équipement en construction à Ker-Uhel.
Une étude de faisabilité urbaine, paysagère et architecturale a donc été lancée afin de tester la reconversion du site et de ses bâtiments en écoquartier, caractérisé par une topographie marquée, une orientation favorable, des points
de vue exceptionnels sur le grand paysage et des bâtiments existants à l’architecture moderniste caractéristique.

Le projet qui se dessine, après une phase importante de diagnostic, se construit autour de la création d’un parc public majeur à l’échelle de la ville de Lannion. Il permettra d’établir une liaison douce structurante liant les quartiers  résidentiels hauts au centre-ville et de partager les vues exceptionnelles sur le paysage. Le parc est conçu suivant la configuration des espaces, la végétation existante, la topographie et les rives bâties du projet.

Le choix de la réhabilitation d’une majorité des bâtiments des années 1960 réside dans la logique qui sous-tend toute la conception de cet écoquartier qui est de faire avec l’intelligence du déjà là.
Leurs qualités architecturales et structurelles, de composition d’ensemble des volumes, des rythmes de la composition des façades, ainsi que les opportunités de flexibilité et de mutabilité des structures existantes nous encouragent donc à conserver tout le système constructif de ces bâtiments.

Un site stratégique pour le centre-ville :

Le collège fermera ses portes en juin 2020, laissant un site de 3,5 ha et d'une douzaine de bâtiments (12 400 m² de surface plancher) en centre-ville. Une opportunité pour accueillir de nouveaux habitants et participer ainsi à l'objectif de passer de 2000 à 4000 habitants en centre-ville. En effet, c'est notamment en accueillant des habitants supplémentaires que l'on renforce et pérennise l'activité commerciale et économique du centre-ville.

Un site propice à un écoquartier ?

Le site est vaste (3,5ha), relativement pentu (environ 20 % de dénivelé) et dispose d'un nombre limité d'accès. Ces contraintes du site présentent paradoxalement plutôt de bonnes qualités pour un écoquartier à dominante d'habitat : le dénivelé permet ainsi d'offrir un ensoleillement plein sud ou est-ouest très intéressant, associé à des vues panoramiques sur la ville et très peu de vis-à-vis entre les bâtiments. Les accès véhicules limités font du site un lieu calme, en plein centre-ville, qui incitent aux déplacements piétons et cyclistes. Les bâtiments présentent enfin une structure de poteaux et de poutres béton ainsi qu'une implantation avantageuse dans le terrain permettant des reconversions aisées, des qualités de logements importantes ainsi que des potentielles formes d'habitats novatrices.

Ces premières idées issues du schéma de référence méritaient d'être vérifiées, avant tout engagement à procéder à un échange foncier avec le Département, entre le site actuel du collège, et le site futur à Ker Uhel.

Une étude pour envisager une nouvelle vie au site

En 2017, la Ville a lancé une étude pour :

  • évaluer les pollutions présentes
  • identifier les qualités et les contraintes du site
  • évaluer les possibilités d'évolution du site et de ses bâtiments
  • proposer une faisabilité financière et opérationnelle : il s'agit de dessiner le futur quartier, et de savoir comment et avec qui le réaliser

L'étude aboutira à un projet d'aménagement global qui cadrera l'architecture des constructions à venir, les principes de desserte, l'aménagement des espaces publics, etc.

Cette étude complète est réalisée par TICA architectes & urbanistes associés à

  • SLC conseils programmation et montage opérationnel,
  • Links paysage,
  • Pouget fluides et thermiques,
  • Novam structures, vrd et environnement,
  • Cabinet Paturel diagnostics immobiliers
  • Mobhilis analyse des mobilités
  • 53 ter sociologue-vidéaste

Un projet concerté

La concertation en cours est l'occasion d'échanger sur le projet d'aménagement global, l'usage des espaces publics, et d'intégrer des programmes dès la conception du quartier : habitat partagés, bureaux ou services, ...

Rendez-vous à la maison du projet pour découvrir le projet, échanger, et faire part de votre contribution. En dehors des heures d'ouverture de la maison du projet, retrouvez les informations en mairie.

La concertation de cette étude préalable se clôturera le 21 septembre 2019 à l'occasion des journées du patrimoine.
Guidés par les architectes du projet, l'agence TICA, venez (re)découvrir le site : que nous raconte-t-il de cette époque et de l’architecture ? Quelle place donner à l’architecture des années 1960 dans notre patrimoine ? Quels choix faire pour le devenir du site : que garder, que démolir et que transformer ? La visite vous emmènera entre histoire et futur, entre des bâtiments existants et un projet à venir.

Horaire : 11h, 14h, 15h30 et 18h
Rendez-vous : à l’entrée du collège, 7 rue de Penn ar Stang

Et après le 21 septembre 2019 ?

La maison du projet continue de vous accueillir pour répondre à vos questions et recueillir vos contributions.
Celles-ci ne pourront pas être jointes à l'étude préalable actuellement en cours, mais pourront enrichir la suite du projet.

Demande d'informations Penn ar Stang

Hôtel de Ville

Place du Général Leclerc
22303 Lannion

Tél : +33 2 96 46 64 22
Fax : +33 2 96 37 17 03

Du lundi au vendredi
8h 12h - 13h30 17h30
Le samedi 9h 12h

Etat Civil

Lundi Mardi Mercredi et Vendredi:
8h-12h / 13h30-17h30.
Jeudi: 8h-12h.
Samedi: 9h-12h.
Passeports et cartes nationales d'identité : uniquement sur rendez-vous.

Webencheres

Ventes aux enchères des occasions de la ville de Lannion.

logo webencheres

Espace familles

Ce portail présente de nombreux avantages : démarches simplifiées, informations personnalisées, paiements sécurisés en ligne, accès 7j/7 et 24h /24.

bandeau espace famille lannion

https://www.espace-citoyens.net/ville-lannion/

Notre politique de protection de vos données personnelles évolue conformément au nouveau Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD) adopté par le Parlement européen et entrant en vigueur le 25 mai 2018.
Ok